baobab-cafeLe tourisme à Morondava se développe à un rythme plutôt satisfaisant, selon les agences de voyage  Madagascar actives dans la région. Désormais, cette ville du sud-ouest du pays dispose d'infrastructures et installations nécessaires au décollage du tourisme local. De plus en plus de vacanciers provenant de la capitale et d'autres régions du pays commencent à être attirés par cette ville côtière, qui pour rappel, est l'unique point de départ pour l'observation des Baobabs et du patrimoine mondial Tsingy de Bemaraha, deux des sites touristiques majeurs sur le circuit madagascar. Le développement du tourisme local que l'on constate aujourd'hui dans la ville de Morondava s'explique par l'amélioration des infrastructures routières. Si auparavant,  il fallait environ 20 heures pour relier  Antananarivo et la ville de Morondava, aujourd'hui, une dizaine d'heures suffisent pour faire le trajet.


Outre l'amélioration des voies routières, l'on peut aussi observer quelques changements sur les cotes de Morondava. Des travaux d'aménagement ont été entrepris pour améliorer l'aspect des plages. De nouvelles infrastructures ont été installées pour protéger les bords de mer des érosions et pour améliorer la qualité de l'accueil offert aux amateurs de baignades. Côté hébergement, une amélioration a été remarquée au niveau de la qualité. Les établissements hôteliers de Morondava sont en mesure de répondre aux attentes des touristes les plus exigeants. Afin d'accélérer le développement du tourisme local à Morondava, l'Office du Tourisme de la région a eu la brillante idée de créer deux festivals autour du thème « Baobab », dont la première édition devra se tenir l'année prochaine, pendant les grandes vacances.

tsingyClassés depuis 1990 comme patrimoine mondiale de l’Unesco, les Tsingy du Bemaraha se dressent comme de spectaculaires cathédrales de calcaires, un sanctuaire impénétrable sur un relief déchiqueté, à découvrir absolument lors d’un voyage Madagascar. Formés il y a 160 millions d’années lors de la séparation de l’île de Madagascar avec la plaque africaine, les Tsingy sont des immenses massifs de calcaire apparaissant suite à un énorme glissement tectonique. Localisés à l’ouest de Madagascar et plus précisément dans le district d’Antsalova, les Tsingy, une monumentale forteresse, forme un paysage unique au monde. Offrant une vue panoramique d’une indicible étrangeté,  cette « ville fantôme » s’étend sur six kilomètres de large et sur une longueur de 100 kilomètres..


Pour atteindre les toits des Tsingy, un rude parcours parsemé de forêts denses, de parois vertigineuses et de grottes reculées est à entreprendre, l’accompagnement par un tour operator Madagascar est conseillé. De nombreux précipices vertigineux se dressent sur chaque passage. Cet archipel de pierres connaît de conditions climatiques extrêmes avec pas moins de six mois consécutifs sans aucune goutte de pluie et dont les températures peuvent grimper jusqu’à 60°C. Devant ces conditions physicochimiques extrêmement rares, la vie s’est tout de même développée. Peuplée d’une flore et d’une faune exceptionnelle, ce vestige des fracturations d’une atmosphère imposante abrite 10 espèces de lémuriens endémiques, 90 variétés d’oiseaux ainsi que 8 espèces de reptiles qui vivent sur des lames de pierre tranchantes. Ayant d’abord servis de refuge pour les « Vazimba », qui ne sont autres que les premiers occupants de l’île, les Tsingy représentent aujourd’hui de véritables lieux de culte et de cérémonie que les clients des agence de voyage à Madagascar découvrent toujours avec fascination !